Jean Goychman – Le Salut…

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mény dit :

    (1) Cqfd : L’ENA se refuse à donner le choix des postes en fonction du classement, arguant que « le palmarès des ministères évolue d’une année sur l’autre beaucoup plus qu’on ne le pense », (personnellement je n’en pense absolument rien M’sieur le Directeur). Pourtant les premiers rangs sont particulièrement friands de la filière qui leur permettra d’atteindre le nirvana du Pouvoir en devenant « Inspecteur des Finances » avec une facile reconversion dans le civil chez les habituels de Rothschild ou Goldman Sax. Nos premiers de classe y seront là bien à l’abri du populisme et dans le véritable camp adverse du peuple, celui qui n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Celui qui ne présentera jamais sa candidature, qui ne sera donc jamais élu et pourtant il gouverne. Et comme disait l’autre, cet adversaire, c’est le monde de la finance » qui de Pompidou à Monsieur Macron en passant par Hollande, a su discrètement mettre en valeur ses émissaires.  

  2. Mlaika dit :

    Hollande et Sarkozy placent leurs candidats aux législatives (Touraine, LeFoll, Baroin etc.) pour pouvoir tirer les ficelles en coulisses. D’anciens ministres dont on a pu mesurer l’inefficacité. Elire ces gens-là maintiendra le système ne l’état, et sans doute pire, car dans les coulisses se trament des revanches sournoises. La France n’a pas besoin de ces fantômes et autres revenants, elle a déjà bien du mal à sombrer et les Français n’ont que trop de mal à s’en sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *