Gilbert Collard interpelle le Ministre du budget sur le taux de TVA applicable aux activités équestres

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. William P. dit :

    Merci Maître !

  2. bouchard dit :

    Prendre d’argent des gens qui transpirent pour rassasier on ne sait quel « Monstre invisible » devient insolent ! Une permanence de ponctions depuis de Gaule ne cesse de tuer à petit feu notre pays. Rien n’y fait, nos savoir faire tombent il n’en reste que miettes. Hier encore Pleyel, un fleuron mondial et notre dernière fabrique de piano de prestige qui ferme ses portes sans que cela ne semble offusquer quiconque. Quelle violence faite à nos ainés dont certains « Mort pour la France » ? Par quel mépris et quel aveuglement nos dirigeants et responsables s’acharnent à couler notre pays coûte que coûte pour satisfaire leur bedaine et leurs fratries ? À quand la fin définitive de ce système à tuer les peuples et leurs descendances ? Il faudra bien qu’un jour ils soient démasqués, bannis ad vitam aeterman. Il doivent nous rendent l’argent et les biens qu’il nous ont volé (même et surtout si ceux-ci se trouvent lovés à l’abris au-delà de nos frontières fiscales). Hélas tout ne pourra pas être remis sur les rails de l’évolution Humaine, tant l’hécatombe durable à coupé quasiment toutes les branches de « l’arbre ». Re-naître par cet « Humain » après cinquante années de dégringolade programmée ne sera pas une sinécure. Les accointances sont telles que la « reprise » sera probablement « sanglante ». Il ne faudra pas se tromper d’ennemis « coran populo », car les prévaricateurs et autres imposteurs de notre République reviendrons avec le masque des sauveurs, tels ceux avec leur comparses occupant les places depuis « 40 » et qui encore aujourd’hui nous trahissent au quotidien (Je veux parler des lâches, et ils sont nombreux).
    Qui vivra verra. Je souhaite de tout coeur que l’on retrouve la sanité pour relever la tête faire honneur à la Vie qui nous est donné sans gâcher nos vies ni notre terre par cette médiocrité perpétuelle et récurrente.
    Sic parvis magna.
    BOUCHARD Jacques.
    14/11/2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *