Après le chaos vaccinal européen, l’interminable confinement

Après le chaos vaccinal européen, l’interminable confinement

Depuis le 29 octobre dernier, les Français subissent sans interruption le cadenassage de leurs libertés : confinement, couvre-feu, restrictions en tout genre. Pourtant, cela fait des mois que l’on nous promet que « bientôt » nous serons libérés ! Une libération rendue encore plus hypothétique par l’échec cuisant de la stratégie vaccinale de l’Union Européenne.


Le fiasco vaccinal européen


Pourtant les ambitions européennes sur la vaccination étaient grandes. L’Union Européenne s’était fixé pour objectif de vacciner 70 % de sa population d’ici l’été. Mais avec seulement 10 % de personnes vaccinées à la fin du mois de mars, cet objectif semble bien éloigné.

Les scandales se sont enchaînés. On se souviendra de la cacophonie autour d’Astrazeneca. On a appris également que l’Union Européenne exportait une grande partie des vaccins qu’elle produisait, mais n’en importait aucun !

Au final, le seul pays européen à rencontrer un certain succès dans sa stratégie vaccinale se trouve être le seul pays à avoir quitté l’Union Européenne : la Grande-Bretagne.


Toujours plus de confinement, toujours plus de contaminés !


Résultat des courses, en France, les restrictions de libertés s’enchaînent depuis des mois sans pour autant que l’on puisse observer une amélioration de la situation sanitaire du pays, c’est même tout le contraire !

Souvenez-vous, le 24 novembre dernier, après un mois de confinement, Emmanuel Macron nous annonçait que nous allions enfin retrouver nos libertés en trois étapes : un allègement du confinement le 28 novembre, puis un déconfinement le 15 décembre et enfin une réouverture des restaurants, cafés, bars, etc. le 20 janvier 2021.

Bien des mois plus tard, les restaurants n’ont jamais rouvert, le confinement a été remplacé par un couvre-feu à 20h, puis 18h, puis 19h, pour finalement revenir aujourd’hui à un nouveau confinement, le troisième en un an ! Cette constellation de mesures s’accompagne, bien entendu, d’une cacophonie gouvernementale anxiogène sur le plan de la communication.

On se souvient qu’à la fin du mois de janvier, moment où les restaurants auraient dû rouvrir, Castex et Véran réclamaient un nouveau confinement, finalement refusé par Macron. Le 1er mars, le président de la République, adepte de Nostradamus à ses heures perdues, déclare qu’il faut tenir encore « 4 à 6 semaines ». Cet optimisme qui se voulait rassurant va se heurter de plein fouet à la réalité sanitaire : à peine deux semaines plus tard, un tiers de la population française se retrouvait confinée. Il aura encore fallu deux semaines pour que les deux tiers restants suivent…

Mais pas d’inquiétude ! Macron étant devenu un super épidémiologiste, le meilleur du pays, voilà qu’il nous promet le retour, progressif, des beaux jours pour la mi-mai, voire le début de l’été. Alors, on a beau être optimiste, on ne peut s’empêcher de penser qu’elles sont quand même bien longues ces « 4 à 6 semaines » !

Parler Franc

La newsletter de Gilbert Collard