Assa Traoré : après la gauche caviar, l’extrême gauche Louboutin !

Assa Traoré : après la gauche caviar, l’extrême gauche Louboutin !

Qui a dit que « la lutte contre les discriminations » et « l’antiracisme » empêchaient d’avoir des goûts de luxe ? Sûrement pas Assa Traoré en tout cas ! L’égérie des cités, qui a fait de la haine anti-flics son fonds de commerce politique, vient de faire affaire avec une « prestigieuse marque », comme elle le dit elle-même. Car voyez-vous, si le diable s’habille en Prada, Assa, elle, se chausse en Louboutin !

La folle histoire d’amour anticapitaliste d’Assa Traoré et de Louboutin !

En effet, dans une publication sur la page Facebook du mouvement « Comité vérité et justice pour Adama », né suite à la mort de ce dernier, Assa Traoré pose le poing levé, les chaussures à la semelle rouge aux pieds.

Quelle magnifique image de voir cette femme, symbole de la lutte des banlieues, porte-parole des opprimés, modèle de lutte pour l’extrême gauche anticapitaliste, devenir ainsi l’ « ambassadrice » officieuse d’une marque de chaussures dont la moindre paire coûte des centaines et des centaines d’euros !

De son côté, Louboutin s’est empressé de pondre un communiqué après le tollé qu’a provoqué la publication Facebook d’Assa Traoré. Comprenant qu’elle avait peut-être fait un faux pas, la marque a tenu à bien préciser que la sœur d’Adama n’était pas son « égérie », mais l’un des deux cents influenceurs choisis à travers le monde pour « leurs situations personnelles, leurs parcours de vie, leurs carrières ou leurs engagements » à qui Louboutin a envoyé gratuitement une paire de chaussures. Nous voilà donc en pleine opération de marketing !

L’anticapitalisme n’empêche pas de faire du business !

On pourrait paraître surpris de voir ce genre d’extrémiste être sensible au luxe, mais cela n’a rien de bien nouveau. Aux États-Unis, le mouvement Black Lives Matter a été co-fondé par Patrisse Cullors, une militante queer anticapitaliste. Elle a été contrainte de démissionner en mai 2021 après que l’on a appris que madame la protectrice de la communauté afro-américaine venait d’acheter quatre maisons de luxe pour 3,2 millions de dollars, dont certaines se trouvaient dans des villes où ne vivait quasiment aucun Noir. Comme quoi, à l’extrême gauche, la tradition de l’apparatchik demeure bien vivace !

Et dire que l’Union européenne participe à cette mascarade ! Si encore il ne s’agissait que de quelques eurodéputés se prenant en photo dans le Parlement européen avec le t-shirt « Justice pour Adama », cela prêterait à sourire… Mais lorsque la présidente de la Commission européenne elle-même, Ursula von der Leyen, fait sienne la rhétorique d’Assa Traoré, dénonçant le racisme au sein des polices européennes, on comprend alors l’influence que peuvent avoir ces gens-là et pourquoi certaines marques n’hésitent plus à faire appel à eux pour assurer leur publicité !

Parler Franc

La newsletter de Gilbert Collard