Mélenchon, la faucille et le dingo

Mélenchon, la faucille et le dingo

« Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle nous aurons un grave incident, ou un meurtre. Ça a été Merah en 2012, l’attentat la dernière semaine sur les Champs-Élysées […]. Tout ça, c’est écrit d’avance. Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau, nous aurons l’événement gravissime qui va une fois de plus permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile. C’est bateau tout ça. »

C’est par ces propos que Jean-Luc Mélenchon aura donc définitivement sombré dans un complotisme maladif. Dimanche dernier, sur le plateau de France Info, le leader de La France Insoumise et candidat à la présidentielle, s’exprime à propos des élections de 2022. Sans doute pour trouver une explication à la gifle électorale qu’il s’apprête à prendre, il ne trouve rien de mieux que de jouer la carte du complot.

Complot et manipulation : Mélenchon contre les forces obscures

Car oui, si Mélenchon ne parvient pas à remporter une élection c’est tout simplement parce qu’il y a des forces obscures qui manipulent les événements pour pousser les électeurs à voter contre les musulmans et donc contre lui. Il fallait y penser !

En Europe, il y a bien eu un cas où un attentat islamiste a fait basculer une élection. C’était en 2004, le 11 mai, à Madrid, à la gare d’Atocha. Trois jours avant des élections générales, l’Espagne va connaître alors le plus sanglant attentat de son histoire : 191 morts et 1858 blessés. Cette attaque terroriste reste encore aujourd’hui comme la plus meurtrière d’Europe. Mais pas de chance pour Mélenchon, électoralement cet attentat a profité à… la gauche qui a alors chassé la droite du pouvoir. Pourtant, les sondages avant l’attaque terroriste revendiquée par Al-Qaida donnaient la droite largement gagnante…

De l’insulte aux victimes au ridicule « antifascisme »

Alors non monsieur Mélenchon, le terrorisme islamiste n’est pas un complot, une manipulation par des forces de l’ombre. En soutenant le contraire, vous insultez la mémoire de ceux qui sont tombés sous la lame de cette barbarie, vous insultez leurs familles.

Et d’ailleurs le leader de La France Insoumise le sait bien, il a parfaitement conscience de l’erreur monumentale qu’il vient de commettre. La preuve ? Depuis, il n’a cessé de chercher à allumer des contre-feux notamment en s’en prenant à Papacito, un youtubeur « d’extrêêêême droaaaate ». Perdu, il tente de se raccrocher à la bonne vieille lutte « antifasciste ». Une lutte dont Jospin avait dit en 2007 qu’elle n’était « que du théâtre ». On se souviendra au passage que Mélenchon a été un ministre de Jospin… la boucle est bouclée !

Parler Franc

La newsletter de Gilbert Collard